Oxydes d’azote et particules: dégradation de l’environnement et risques pour la santé l

Oxydes d’azote et particules, CO2 ou bruit, la voiture n’a pas vraiment la vie facile en ce moment. En même temps, un nombre croissant d’études considèrent le manque d’exercice causé par une conduite excessive comme une cause de l’augmentation des coûts des soins de santé.

En fait, il existe déjà des calculs qui remettent en question les avantages économiques de la voiture dans son ensemble et les relient directement à la dégradation de l’environnement, au changement climatique et à la santé.

Les risques pour la santé liés aux déplacements en voiture sont élevés

Embouteillages permanents, stress et mauvaise qualité de l’air : les navetteurs, qui voyagent beaucoup en voiture, sont exposés à un stress énorme. De nombreuses études réalisées ces dernières années ont montré que les automobilistes souffrent plus fréquemment de maux de tête, de dos et d’estomac. En outre, une position assise trop importante tend à entraîner un surpoids, qui est à son tour une cause centrale de maladies de civilisation telles que l’hypertension, les maladies cardiovasculaires et les troubles du sommeil. Les navetteurs ont, également, tendance à être plus irritables et ont plus de mal à se concentrer au travail.

La situation est complètement différente pour les cyclistes. Leur état de santé est souvent bien meilleur. Leur IMC est généralement plus faible. Le vélo n’est pas seulement une réduction active du stress après le travail et permet d’avoir les idées claires, il apporte, également, une amélioration significative du système cardiovasculaire. Même sur les routes très fréquentées, l’exposition à l’air pollué est nettement inférieure à celle des conducteurs eux-mêmes, qui aspirent la puanteur de la voiture qui les précède directement dans l’habitacle par le biais de la ventilation.

Le vélo rend intelligent

Un effet secondaire positif : le mouvement ne fait pas que stimuler le métabolisme, le vélo rend aussi intelligent. L’oxygène supplémentaire va directement au cerveau. Ainsi, si un navetteur arrive au bureau à vélo, il peut se concentrer bien mieux que son collègue automobiliste qui a, déjà, dû faire face à la circulation aux heures de pointe. Un avantage pour chaque employeur, pour chaque entreprise.

Et les choses positives continuent. Un mémoire de maîtrise récemment publié sur le sujet conclut que les cyclistes sont généralement absents 3,3 jours par an pour cause de maladie, les piétons 3,4 jours. Pour les utilisateurs d’autres moyens de transport, voiture et transports publics, le chiffre est de 5,3 jours. Et même parmi ceux qui accumulent plus de 30 jours de maladie par an, les utilisateurs de la voiture et des transports publics représentent la proportion la plus élevée. Cette proportion est la plus faible parmi les cyclistes.

En ville, le vélo est souvent plus rapide

Mais qu’en est-il du temps ? La voiture peut-elle au moins marquer là ? Oui !

57 % des navetteurs parcourent moins de 10 kilomètres pour se rendre au travail et vivent, donc, en agglomération. Pour 30 % d’entre eux, la distance à parcourir pour se rendre au travail est inférieure à 5 kilomètres. Ces courtes distances sont non seulement néfastes pour le moteur de la voiture et nuisent à la technologie, mais la voiture peut difficilement exploiter ses avantages par rapport à la bicyclette sur ces courtes distances, surtout dans la circulation urbaine. C’est aussi, la période où la consommation de carburant et les émissions sont les plus élevées.

Examinons les vitesses moyennes : À Berlin, une voiture roule à 24 km/h, à Francfort à 30 km/h et à Düsseldorf à 31 km/h en moyenne. Un pedelec peut facilement suivre ce rythme, le moteur électrique fournit une énergie d’appoint jusqu’à 25 km/h. Le temps gagné par la voiture n’est, donc, pas si important. A 10 kilomètres, le pedelec arrive 4 minutes plus tard, à 5 il est 2. Sans compter la recherche d’une place de parking et les embouteillages.

La combinaison de différents moyens de transport est, donc, intelligente à plusieurs égards. Non seulement c’est bon pour la santé, mais cela permet, aussi de gagner du temps.

L’autopartage et le vélo se complètent parfaitement

Les planificateurs des transports qualifient, également, la combinaison du vélo et du covoiturage de “multimodalité”. Différents moyens de transport sont utilisés pour les différents trajets, en vélo pour aller au travail, en train pour les vacances et pour les achats en gros la voiture de CarSharing. Selon une étude de la Bundesverband CarSharing e.V. (Association allemande de partage de voitures), 15 % des clients sont plus susceptibles de prendre leur vélo après avoir commencé à utiliser le CarSharing, et 19 % plus susceptibles de voyager en bus et en train.

Et pour que les cyclistes encore plus enthousiastes puissent découvrir le CarSharing comme un complément à leur mobilité personnelle, cambio propose une offre intéressante : les membres de l’ADFC économisent la moitié des frais d’inscription sur présentation de leur carte de membre.