E-Scooter : sont-ils un danger ou l’avenir de la mobilité ?

Les scooters électriques arrivent. Sont-ils un danger ou l’avenir de la mobilité ? Casques obligatoires, pistes cyclables et assurance responsabilité civile – ce que les conducteurs doivent savoir.

Ils sont branchés, ils sont chics : la vague des e-scooters roule vers l’Allemagne. Le 17 mai, le Bundesrat (Chambre haute du Parlement) a ouvert la voie aux scooters à assistance électrique en Allemagne. Les sociétés de location sont prêtes, car le partage des affaires promet de bons rendements. Les fabricants se réjouissent également de l’ouverture du marché, qui prévoit une forte croissance. Rien qu’à Munich, jusqu’à 10 000 scooters électriques seront bientôt sur les routes.

E-scooters : pour certains, ils ne sont rien de plus qu’un jouet pour les jeunes de cœur, pour d’autres rien de moins que l’avenir de la mobilité. La vérité devrait se situer quelque part entre les deux. Agile et silencieux, ils sont destinés à combler les lacunes en matière de mobilité. Pour de nombreux utilisateurs, ils pourraient devenir la porte d’entrée de l’électromobilité. Mais les conflits avec les autres usagers de la route sont inévitables, comme le montre un regard sur la France ou les États-Unis.

Des règles claires pour les e-scooters

Alors que dans de nombreux autres pays, les scooters électriques font partie de la scène de la rue depuis un bon an, les politiciens allemands se sont maintenant eux aussi mis en route. Le Bundesrat a approuvé le décret gouvernemental sur l’homologation des scooters électroniques dans la circulation routière – mais il a fixé des règles claires.

Les scooters électriques dont la vitesse maximale ne dépasse pas 20 km/h pourront à l’avenir circuler sur la route, mais pas sur les trottoirs et dans les zones piétonnes. Les pilotes de scooters électriques doivent utiliser les pistes cyclables. S’il n’y a pas de tels chemins, la seule option est la route.

Les conducteurs doivent avoir plus de 14 ans. Le Conseil fédéral suit donc la recommandation du 50e jour du tribunal de la circulation selon laquelle les pédaliers ne sont pas adaptés à l’utilisation par des enfants de moins de 14 ans. Les règles de stationnement sont les mêmes que pour les vélos.

Âge minimum et assurance responsabilité civile

En outre, une assurance responsabilité civile pour le véhicule est requise. L’assurance est souscrite pour un an et une vignette d’assurance est apposée à titre de preuve. Le port du casque n’est pas obligatoire et le permis de conduire pour les cyclomoteurs n’est pas requis.

Toutefois, les scooters doivent pouvoir freiner et être équipés d’un système d’éclairage. Seuls les e-scooters ayant une homologation sont autorisés. Cette approbation générale de type (ABE) est délivrée par l’Office fédéral des transports motorisés.

Si le gouvernement fédéral met en œuvre les changements, l’ordonnance qui réglemente la manipulation des petits véhicules électriques peut entrer en vigueur. Les pistes cyclables pourraient alors se resserrer. Des règles claires sont essentielles, comme le montre l’exemple de la France. Là-bas, les scooters électroniques sont désormais interdits sur les trottoirs. La violation de ces règles pourrait entraîner une amende de 135 euros.

Croissance incontrôlée du E-scooter à Paris

À Paris, les habitants se plaignent surtout des scooters électriques, surtout des scooters de location, qui sont simplement garés partout, parfois au milieu de la route ou sur le trottoir. Cette infraction sera également sanctionnée à l’avenir par une amende de 35 euros. Environ 15 000 scooters électriques circulent actuellement dans la capitale française et d’ici la fin de l’année, ils pourraient déjà être 40 000. Au Pérou aussi, les scooters ont été interdits sur les trottoirs et dans les zones piétonnes après un grave accident.

Les chirurgiens spécialisés dans les accidents mettent en garde depuis longtemps contre le risque élevé de blessure lors de l’utilisation de scooters électriques, car les petites roues, en particulier, peuvent rapidement devenir un danger majeur. Une étude de l’Université de Californie à Los Angeles montre que la plupart des accidents sont des “accidents en solo” dans lesquels les conducteurs perdent le contrôle de leur véhicule. De plus, la moitié des accidents se terminent par des blessures à la tête, dont certaines sont graves, selon une étude du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

Les scooters électriques sont-ils respectueux de l’environnement ?

Conduire un e-scooter est amusant, la conduite est exempte de polluants et les petits speedsters sont une véritable alternative à la voiture pour les courtes distances. Il existe de nombreux moyens de se rendre du bureau à la station de S-Bahn ou de découvrir la ville en tant que touriste. Mais quel est le bilan environnemental des scooters électriques ?

Il n’est pas facile de répondre à cette question. Si les trajets en voiture sont remplacés, c’est certainement positif pour l’environnement. Cependant, si les distances – comme le fameux dernier kilomètre – étaient auparavant parcourues à pied ou à vélo, les choses sont bien différentes. La production des scooters, et ici surtout des batteries, pollue l’environnement, de sorte que la durée de vie des véhicules devient le facteur décisif.

Mais surtout, la durabilité des bobines de location n’est pas la meilleure. Selon une étude du bulletin américain Oversharing, la durée de vie moyenne d’un scooter de location n’est actuellement que de 28 jours environ.

La mauvaise qualité et surtout le vandalisme mettent souvent fin à l’existence des scooters. Aux États-Unis, les e-scooters mis au rebut sont devenus une véritable nuisance. On les trouve partout, dans les parcs, les rivières et les lacs. Les comptes d’Instagram comme pdxscootermess illustrent le problème. Espérons que les directives de reprise et de recyclage permettront d’éviter cela en Allemagne.