Améliorer la qualité de vie dans les villes

Amélioration du bien-être mental grâce aux espaces verts urbains

Une équipe de recherche dirigée par le Central Institute of Mental Health a pu montrer que les espaces verts améliorent directement le bien-être dans la vie quotidienne des citadins et, en étudiant le fonctionnement du cerveau, identifier les personnes qui en bénéficient particulièrement.

Selon les Nations unies, depuis quelques années, la ville compte plus d’habitants que la campagne. On estime que d’ici 2050, deux tiers de la population totale vivra dans les villes. Des études antérieures ont montré que les personnes qui ont grandi en ville et qui y vivent actuellement réagissent différemment au stress que les habitants des zones rurales et ont un risque nettement plus élevé de développer une dépression, une schizophrénie ou des troubles anxieux.

Une équipe de recherche interdisciplinaire dirigée par les professeurs Andreas Meyer-Lindenberg et Heike Tost, avec la participation majeure du Dr Urs Braun, tous du département de psychiatrie et de psychothérapie de l’Institut central de santé mentale (ZI) de Mannheim, a maintenant pu montrer que les espaces verts des villes, par exemple les arbres, les pelouses, les parterres de fleurs ou les parcs du centre-ville, peuvent être considérés comme un facteur de protection important. Dans une étude publiée dans la revue scientifique Nature Neuroscience, ils ont constaté que la quantité d’espaces verts dans l’environnement des gens a un effet direct sur leur bien-être dans la vie quotidienne. Étonnamment, cet effet est particulièrement bénéfique pour les personnes qui passent la plus grande partie de leur vie quotidienne dans des zones urbaines avec peu d’espaces verts et qui ont une capacité réduite du cerveau à réguler les émotions négatives.

“Pour la première fois, nous avons pu confirmer l’effet positif des espaces verts dans les villes sur le bien-être directement dans la vie urbaine quotidienne et le relier aux fonctions cérébrales”, déclare le professeur Heike Tost, chercheur au ZI. À cette fin, 33 citadins en bonne santé ont, d’abord, été invités à évaluer leur humeur environ neuf fois par jour en une semaine à l’aide de smartphones spécialement équipés. Pendant cette période, les participants ont continué à vivre leur vie quotidienne comme d’habitude. À l’aide de méthodes géoinformatiques, les itinéraires empruntés par les participants ont été tracés et les caractéristiques des parcours, notamment les espaces verts visibles, ont été déterminées. Ces informations étaient liées à la situation d’humeur enregistrée.

Il a été constaté que les participants ont montré un sentiment de bien-être plus élevé dans les situations où ils étaient entourés d’une plus grande proportion d’espaces verts dans la ville. Dans un deuxième temps, 52 autres jeunes adultes ont été invités à évaluer de la même manière leur humeur dans la vie quotidienne. De plus, les participants ont été soumis à une imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) après la phase d’évaluation de sept jours.

Résultats pertinents pour la planification des villes-santé

Les résultats du premier tour ont été confirmés par le second groupe. En outre, les chercheurs ont observé une réduction de l’activité du cortex préfrontal dorsolatéral chez les personnes qui réagissaient de manière particulièrement positive aux espaces verts dans leur vie quotidienne.

“Ces résultats suggèrent que les espaces verts sont particulièrement importants pour les personnes dont la capacité à réguler elles-mêmes les émotions négatives est réduite”, a déclaré le professeur Dr Andreas Meyer-Lindenberg, président du conseil d’administration de ZI et directeur médical du département de psychiatrie et de psychothérapie. “C’est particulièrement intéressant en ce qui concerne la planification des villes-santé”, ajoute Markus Reichert, du laboratoire “Mental mHealth” de l’Institut technologique de Karlsruhe (KIT), l’un des premiers auteurs de l’étude. Les espaces verts bien répartis dans une ville pourraient développer un potentiel considérable pour la prévention des maladies mentales, suggère-t-il.

L’équipe de recherche autour de Meyer-Lindenberg et Tost a combiné plusieurs méthodes issues des domaines de l’épidémiologie, de la psychologie, de la géoinformatique et de la neuroimagerie dans leur dernière étude. Outre les chercheurs du ZI, Markus Reichert et le professeur Ulrich Ebner-Priemer, tous deux du KIT, ainsi que les professeurs Alexander Zipf et Sven Lautenbach de l’Institut de géographie de l’Université de Heidelberg et de l’Institut de technologie de la géoinformation de Heidelberg HeiGIT étaient, également, chargés de l’étude.